Orange mécanique

Fabrice Calzettoni présente une version restaurée de Orange Mécanique à l'Institut Lumière le 31 mai 2011. Je ne sais pas exactement en quoi, mais l'évocation de ce film fait à chaque fois résonner quelque chose en moi. Le revoir et faire des parallèles, chaque fois nouveaux, et avoir le sentiment que la réalité dépasse la fiction un peu plus chaque jour.

Présentation de la caméra Axiom à Genève

Lors des "Rencontres mondiales du logiciel libre", quelques membres du projet Apertus, dont je fais partie, ont présenté l'avancement de notre travail autour du cinéma numérique open source.

Apertus

Apertus est un groupement de personnes ayant un lien avec le cinéma (réalisateurs, artistes, directeurs photo, développeurs, ingénieurs, enthousiastes) dont le but est de créer des outils de cinéma selon les principes de l'open source. L'outil principal du cinéma, la caméra, est encore extrêmement propriétaire. Cela signifie que les outils à diposition sont très difficiles à modifer, les codecs sont mal documentés, on ne peut rien modifier au hardware que l'on utilise habituellement. Paradoxallement, les anciennes caméra argentiques étaient beaucoup plus bricolables, avec par exemple un plan éclaté des différentes pièces les composant, la possibilité de changer telle ou telle pièce, de modifier la mécanique ou de l'améliorer. C'était le bon vieux temps diront les grincheux, ou plus pragmatiquement le passage au capitalisme et à la production de masse... mais il est possible de faire autrement !

Open hardware ?

L'open hardware, c'est l'application des principes de l'open source (logiciel informatique, virtuel par définition) aux objets physiques.

Un exemple: vous achetez une caméra qui filme à 25 images par secondes et son logiciel ne permet pas de filmer en 24, 30 ou n'importe quelle autre cadence, vous ne pourrez jamais changer la cadence de tournage. C'est une limitation purement logicielle que l'on pourrait très facilement faire sauter si on avait accès au code source qui gère la caméra.

Autre exemple, votre caméra ne dispose pas de sortie audio pour faire le monitoring son. Impossible d'ajouter cette fonctionalité avec une caméra "propriétaire".

A l'inverse, avec de l'open source (logiciel ouvert) et de l'open hardware (plans de construction disponibles), ajouter de telles fonctionnalités et bien d'autres encore n'est pas un problème. Au pire, vous pouvez payer quelqu'un pour le faire à votre place. Légalement. En partageant vos découvertes avec les autres. En en faisant bénéficier les futurs utilisateurs. En dialoguant avec le constructeur de votre matériel.

Les débuts d'Apertus

Le projet Apertus utilise depuis le début des caméras Elphel, open source et open hardware. Ces caméras de type industriel ne disposent malheureusement pas d'un capteur suffisamment grand qui permettrait d'avoir une image "cinéma" à faible profondeur de champ. Il fallait se tourner vers un développement spécifique permettant de mener à bien le projet. Ainsi est née la caméra Axiom.

La caméra Axiom

Le projet présenté en image ci-dessus, c'est un prototype d'une nouvelle caméra open source et open hardware, développée par le projet Apertus, dont les quelques caractéristiques publiques sont :

  • Capteur super35 (équivalent à de l'aps)
  • Résolution 4k
  • Shutter global (pas de rolling shutter donc)
  • Jusqu'à 15 stops de dynamique
  • Capture haute vitesse à la résolution maximale (nombre de fps pas encore dévoilé)
  • Enregistrement en cinema DNG (raw de chez raw donc)
  • Prix largement inférieur à 10.000$
  • Lancement d'une campagne de financement "crowdfunding" cette année

Si tout ça n'est pas excitant!

Je posterai d'autres infos dès que j'aurai le feu vert. Gardez un oeuil ici et sur le site apertus.org pour avoir des news. Vous pouvez également me contacter si c'est en français, ou directement l'équipe apertus si vous parlez l'anglais.

 

Message in a bottle

Un documentaire en construction sur Fukushima. Un projet à soutenir.

Je me suis rendu à Minamisoma en Octobre. J'y ai rencontré et écouté les gens. J'y suis retourné en mars. J'ai pu entrer dans la zone et me rendre compte de la situation. Je me sens profondément connecté à mes nouveaux amis japonais et je m'inquiète du fait que la plupart des gens s'imaginent que le problème est réglé alors qu'il ne fait que commencer. Les médias considèrent que le sujet de Fukushima n'est plus d'actualité. Aussi, suis-je obligé de compter sur la conscience et l'investissement personnel des citoyens.

Lien MESSAGE IN A BOTTLE

La moindre des choses

Work in progress comme on dit.

"La moindre des choses" est une plateforme de réflexions et d’actions en ligne touchant différents domaines qui nous parlent, nous posent question.

C’est la moindre des choses, dit-on. Le minimum.

Autrement dit, “le moins qu’on puisse faire” selon nous : partager sur différents sujets avec engagement, accepter d’être goutte d’eau dans la mer, devenir grain de sable dans le rouage.

La moindre des choses, une manière d’agir à notre échelle.

Raphaëlle Goffaux & Philippe Jadin

Plus d'infos sur http://lamoindredeschoses.org/