La moindre des choses

Work in progress comme on dit.

"La moindre des choses" est une plateforme de réflexions et d’actions en ligne touchant différents domaines qui nous parlent, nous posent question.

C’est la moindre des choses, dit-on. Le minimum.

Autrement dit, “le moins qu’on puisse faire” selon nous : partager sur différents sujets avec engagement, accepter d’être goutte d’eau dans la mer, devenir grain de sable dans le rouage.

La moindre des choses, une manière d’agir à notre échelle.

Raphaëlle Goffaux & Philippe Jadin

Plus d'infos sur http://lamoindredeschoses.org/

 

Une nouvelle technologie qui transforme n'importe quoi en surface tactile

Cette nouvelle technologie permet de transformer quasi n'importe quel objet en interface tactile "multi touch". Cela permet par exemple de savoir de quelle manière un bouton de porte est tenu (fermement, du bout des doigts, avec un doigt seulement). Ou de savoir comment une main interragit avec une surface d'eau. Ou encore si on a un coude, deux coudes, la main, les deux mains, trois doigts... sur une table.

Tout cela en analysant la capacitance de l'objet touché et en utilisant de multiples fréquences d'analyse.

La vidéo est plus parlante :

 

 

Touché is a new sensing technology that proposes a novel Swept Frequency Capacitive Sensing technique that can not only detect a touch event, but simultaneously recognize complex configurations of the human hands and body during touch interaction. This allows to significantly enhances touch interaction in a broad range of applications, from enhancing conventional touchscreens to designing interaction scenarios for unique use contexts and materials. For example, in our explorations we added complex touch and gesture sensitivity not only to computing devices and everyday objects, but also to the human body and liquids. Importantly, instrumenting objects and material with touch sensitivity is easy and straightforward: a single wire is sufficient to make objects and environments touch and gesture sensitive.

Lien : Disney Research: Touché: Enhancing Touch Interaction on Humans, Screens, Liquids and Everyday Objects

(Via Slashdot)

 

Pourquoi les éditeurs de revues papier n'aiment plus les applications

Les éditeurs se sont rendu compte que faire des applications pour iPad ou Android leur coute une fortune et ne rappporte pas grand chose en retour. La solution proposée? Développer un site en Html 5, basé sur des standards ouverts, s'adaptant à toutes les plateformes, utilisable par tous.

Chaque fois qu'un nouveau système fermé apparait, tout le monde s'affolle en se disant que c'est "the next big thing", et puis on se rend compte des limitations imposées pour diverses raisons, souvent commerciales. Ce qui me fait dire que les standards ouverts auront finalement toujours l'avantage.

Les "applications", fermées, douloureuses à mettre en place, ne fonctionnant que sur une seule plateforme, nécessitant l'accord de l'éditeur pour les mettre sur leur marketplace, sont probablement déjà une chimère. Ou une bulle spéculative. Méfiance...

 

And Technology Review? We sold 353 subscriptions through the iPad. We never discovered how to avoid the necessity of designing both landscape and portrait versions of the magazine for the app. We wasted $124,000 on outsourced software development. We fought amongst ourselves, and people left the company. There was untold expense of spirit. I hated every moment of our experiment with apps, because it tried to impose something closed, old, and printlike on something open, new, and digital.

Lien Why Publishers Don't Like Apps - Technology Review

 

Update, on en parle ailleurs :

Les blessés du nucléaire parlent

Chercher l’humain. Les rapports de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) font disparaitre les individus sous une logorrhée technocratique. L’examen de ceux qui ont trait à des contaminations, sur lesquels nous nous sommes concentrées, se résume à : “un agent”, “un prestataire” qui bien souvent n’a pas respecté le process. Nous n’en saurons pas plus. Pour comprendre ce que signifie vraiment être contaminé aujourd’hui en France, il faut lire les témoignages des travailleurs du nucléaire, comme nous vous proposons de le faire dans l’image ci-dessous. Saisissant contraste entre les rapports et ces tranches de vie.

Lien : Les blessés du nucléaire parlent » OWNI, News, Augmented

 

(photo owni)