Social

La moindre des choses

Work in progress comme on dit.

"La moindre des choses" est une plateforme de réflexions et d’actions en ligne touchant différents domaines qui nous parlent, nous posent question.

C’est la moindre des choses, dit-on. Le minimum.

Autrement dit, “le moins qu’on puisse faire” selon nous : partager sur différents sujets avec engagement, accepter d’être goutte d’eau dans la mer, devenir grain de sable dans le rouage.

La moindre des choses, une manière d’agir à notre échelle.

Raphaëlle Goffaux & Philippe Jadin

Plus d'infos sur http://lamoindredeschoses.org/

 

Les blessés du nucléaire parlent

Chercher l’humain. Les rapports de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) font disparaitre les individus sous une logorrhée technocratique. L’examen de ceux qui ont trait à des contaminations, sur lesquels nous nous sommes concentrées, se résume à : “un agent”, “un prestataire” qui bien souvent n’a pas respecté le process. Nous n’en saurons pas plus. Pour comprendre ce que signifie vraiment être contaminé aujourd’hui en France, il faut lire les témoignages des travailleurs du nucléaire, comme nous vous proposons de le faire dans l’image ci-dessous. Saisissant contraste entre les rapports et ces tranches de vie.

Lien : Les blessés du nucléaire parlent » OWNI, News, Augmented

 

(photo owni)

Could Target Sell Its 'Pregnancy Prediction Score'? - Forbes

Target est une chaîne de supermarché bien connue aux states. Comme d'autres, ils analysent finement les habitudes d'achats de leurs clients. En profilant les clients, il est possible de déterminer ce qu'ils ont (ou vont avoir) envie d'acheter. Et donc de leur envoyer le plus pertinent des folders de pub.

C'est ainsi qu'ils profilent leur clientes afin de savoir si elles sont enceintes d'parès ce qu'elles achètent. D'après l'article ci-dessous, ils seraient même capables de savoir où elles en sont (pour quand est prévu la naissance). Ainsi, on enverra une pub pour des vêtement de grossesse au premier trimestre, des pubs de nounours en peluche le dernier.

Un exemple parfait de ce que l'on peut faire avec l'analyse des données et les statistiques dans un monde numérique. Pour l'anectode, un père recevant des publicités pour langes au nom de sa fille a ainsi appris que celle-ci était enceinte.

De là à ce que Target vende ce "score de grossesse potentielle" à un vendeur de produits liés aux grossesses, voire à un potentiel futur employeur (qui n'aurait pas envie d'engager une femme sur le point d'accoucher)... il n'y a qu'un pas.

 

Thanks to the New York Times, we now know that Target has a system for figuring out which of its shoppers are knocked up. As Charles Duhigg, an expert in habit formation, makes clear, this is extremely valuable data as new parents tend to get hooked on certain brands and become loyal customers during the first few years of a child’s life — when they’re like the cookie monsters of kids’ goods. Target assigns every one of its customers a “pregnancy prediction score,” with an estimate of the due date, so that coupons can be timed to the right stage of pregnancy (e.g., maternity ware in the second trimester, placenta teddy bears near the end of the third). Other pregnancy-product companies would surely love to have access to this data. Or, more nefariously, employers who might want to avoid hiring a mother-to-be. Could Target sell it to them?

Lien : Could Target Sell Its 'Pregnancy Prediction Score'? - Forbes

 

 

30 janvier 2012

A ceux qui se demandent si il faut faire grève demain, aux journalistes qui nous en parlent : 

http://www.pauljorion.com/blog/?p=33215

 

Cette grève n’est pas une grève comme les autres : elle préfigure le combat de société qui va se jouer bientôt à une autre échelle, entre les peuples et un petit monde qui réclame l’argent qu’il a perdu, et ceci, quel que soit le prix à payer par ceux-là.

 

Illustration : Man push cart

La sous traitance dans le nucléaire

La sous traitance dans le nucléaire, on en parle régulièrement, et avec Fukushima c'est l'occasion de se (re)poser des questions.

Cela me fait penser à "Tête de Turc" de Günter Walraff, au moment où il décide de travailler dans le nucléaire en se faisant passer pour un ouvrier turc. Il explique que ses collègues illégaux qui travaillent dans les centrales pour faire du nettoyage traffiquent leurs carte de comptage de doses reçues annuellement afin de pouvoir travailler plus longtemps. Ils se retrouvent, après un temps relativement court, "grillés", irradiés, impropres au travail, souvent malades, parfois mortellement.

Une lecture surement plus intéressante que celle du site de loby pro nucléaire vanté sur les affiches du métro ces derniers temps. Lisez nottament la réponse à la question "Est-il dangereux de travailler dans ou autour d'une centrale nucléaire ?"

Et puis lisez cet article, résumé ci dessous : Nuclear nomads: A look at the subcontracted heroes | Bulletin of the Atomic Scientists

During much of the cleanup process at the Fukushima Daiichi Nuclear Power Station, thousands of subcontracted day laborers will be exposed to levels of ionizing radiation well in excess of internationally recommended annual limits.
Subcontracted laborers account for some 90 percent of Japanese nuclear power plant workers during normal reactor operations; they often receive around three times the annual dose absorbed by a full-time plant employee.
The subcontracting approach within the nuclear industry carries exceptional risks and implications. And until these are recognized and documented, complex social and physiological realities will continue to be hidden.

 

Richard Stallman Was Right All Along

As our society grows more dependent on computers, the software we run is of critical importance to securing the future of a free society. Free software is about having control over the technology we use in our homes, schools and businesses, where computers work for our individual and communal benefit, not for proprietary software companies or governments who might seek to restrict and monitor us.

Lien : Richard Stallman Was Right All Along

 

L'importance réaffirmée du logiciel libre au service des libertés de chacun

Je suis fonctionnaire... et je travaille!

14 ans après "Je suis dans une école d'art... et je réussis!", voici "Je suis fonctionnaire... et je travaille!".

Petit guide de 40 pages sur les aléas du travail dans une administration, disponible (ou plus) sur simple demande. 

 

Être fonctionnaire n’est pas une chose simple. Subir les railleries des travailleurs du privé, le sourire désillusionné des chômeurs, la pitié de votre conjoint, la honte de vos enfants, l’ironie de vos collègues... tout cela n’est pas facile à vivre. Nous avons récolté ici pour vous l’ensemble des données importantes liées à cette profession si particulière. Armé de ce guide, vous n’aurez aucune difficulté à faire un peu mieux (ou moins mal) votre travail.*
*Bien qu’issu d’une étude approfondie, le présent texte est fourni sans garantie.
 
 

Les Google books sont numérisés à la main

La preuve dans le lien ci-dessous où l'on voit une main malencontreusement restée dans le champ de la caméra. On peut y voir que c'est une main de femme, et craindre que cela se passe dans un pays bien éloigné. Je dois me renseigner, mais il semblerait que google remplisse des containers de bouquins pour les faire scanner en Inde. Et moi qui pensait naïvement que c'était fait par des machines*...

 

Lisez le livre dont est tiré cette page ici :  The Gentleman's magazine - Google Livres

 

*Je me suis intéressé à la Funzie Fonzie Readingmachine, une machine open source / open hardware qui scanne et lit des livres. Elle a été présentée lors d'une session "Prototypes for Transmissions" par l'asbl Constant (Association pour l'art et les médias).

Plus d'infos ici : http://www.constantvzw.org/site/Verbindingen-Jonctions-13,1486.html